Gaspillage pour le jardin

Le raffinage …

Pas de gaspillage inutile…

Les aliments végétaliens sont déjà moins propices à se gaspiller car ils se conservent plus longtemps. Il est ainsi plus facile de s’assurer que chaque aliment finira dans l’assiette et non à la poubelle.
La plupart des gens se donnent du travail en retirant la peau des kiwis ou des concombres alors qu’ils sont parfaitement comestibles! On peut non seulement gagner du temps, mais aussi de l’argent en cessant de jeter ce qu’on s’est donné la peine de payer.
Plutôt que de retirer des grands bouts de pommes, on peut seulement retirer la queue, le reste est comestible.
On peut utiliser des bouts de pelures de citron frais plutôt que d’acheter du vieux zeste de citron séché. On peut éplucher les melons et les mangues avec l’éplucheur à pomme de terre. Après tout, cet outil a été inventé pour éplucher efficacement, pas pour être limité aux pommes de terres. On peut aussi manger les feuilles du fenouil ou les mettre dans un potage ou jus et pas seulement son bulbe.
Tous ses petits détails additionnés permettent de profiter au maximum de chaque aliment acheté et de ne pas augmenter inutilement les déchets.
Il est parfois surprenant de voir à quel point nos habitudes et nos automatismes nous poussent à gaspiller!

Le jardinage, c’est mieux que bio!

Mais oui, le jardinage ne coûte pas grand chose et il génère des légumes encore de bien meilleure qualité que s’ils étaient seulement biologiques. En favorisant des techniques de jardinage comme la permaculture, l’usage de paillis organiques, de plantes rustiques fortes et résistantes et bien d’autres trucs de jardiniers paresseux, vous obtiendrez des légumes savoureux d’une fraîcheur impossible à battre avec peu d’effort et à peu de frais. Sans compter que vous pouvez récolter vos semences et débarrasser les voisins de leur feuilles, de leur rognures de gazon et de leurs déchets de table pour enrichir votre jardin vivant.
Avec un écosystème grouillant de prédateurs naturels autant chez les insectes que les oiseaux, les chauves souris, les batraciens et les reptiles, il n’y a que peu de pertes et d’effort à employer pour contrôler des parasites. La nature sait mieux que vous comment faire son travail si vous ne lui claquez pas la porte au nez avec des produits chimiques qui dégraderont la diversité de votre sol pour plus longtemps que vous ne pourriez l’imaginer.