Hiistoire de la …

La réflexologie plantaire est l’une des plus anciennes pratiques médicales.

Un corps énergétiquement équilibré avec des défenses immunitaires optimales permet d’être au mieux de sa santé pour être protégé face aux agressions extérieures (bactéries, virus, écarts de température, stress environnant, surmenage, etc.).

Par le grand moment de bien-être que cela procure, la réflexologie plantaire en plus de ses vertus thérapeutiques, amène également à vivre un état de relaxation profonde car des milliers de terminaisons nerveuses se trouvent sur et sous le pied.

Il est estimé à 80% la population qui souffre des pieds. Bien souvent et à tort, nous pensons que les chaussures, sont inadaptées, mais en réalité, cela ne représente qu’une partie infime du problème.
Les problèmes de pieds, que ce soit, durillons, cors, callosités, oignons, déformations sont l’image d’autres troubles existant dans d’autres parties du corps.
Par la réflexologie, nous travaillons sur ces zones perturbées et en zones réflexes, afin de stimuler, nettoyer et régénérer chaque partie du corps, et retrouver un état général normal.

La réflexologie ne prétend pas guérir des maladies graves mais peut :
– réduire l’anxiété et les douleurs associées à des pathologies graves
– diminuer le stress causant migraine, tensions musculaires et problèmes digestifs, etc.
Ainsi au fur et à mesure des séances, le corps est informé de ses déséquilibres et se met à se réguler et à s’équilibrer de lui-même, par l’homéostasie qui nous anime.

« La réflexologie plantaire n’est pas une technique de massage » Selon Eunice Ingham, de la réflexologie moderne, la réflexologie est une thérapie manuelle qui fait partie des réflexothérapies et non un massage de bien-être lorsqu’elle est pratiquée par un thérapeute qualifié : le réflexologue.

La réflexologie plantaire un art ancestral faisant partie des médecines naturelles. Pratiquée depuis plus de 5000 ans en Chine et en Inde.

La réflexologie repose sur l’idée que chaque organe, glande ou partie du corps humain correspondrait à une zone ou à un point précis des mains (réflexologie palmaire) et des pieds (réflexologie plantaire).
Elle n’a pas pour but d’établir un diagnostic ou de modifier un traitement médical.

L’étymologie du mot « pied » en chinois signifie littéralement « partie du corps qui sauvegarde la santé ».

Les Chinois considéraient le pied était l’image de notre santé mentale et physique. Ils ont toujours accordé une place importante à cette partie du corps bien souvent ignorée en Europe. Pour les Chinois, le pied est une partie spirituelle du corps. Toucher le pied, c’est toucher l’âme de la personne. C’est aussi une partie du corps qui garde le contact en permanence avec le soi, l’Univers et la terre.

L’histoire de la réflexologie est très ancienne. En effet, nous retrouvons certains hiéroglyphes évoquant cette pratique sur le tombeau d’Ankhmahor à Saqqara (tombeau dit des médecins) datant de plus de 2330 ans avant notre ère.

La réflexologie plantaire utilisée depuis des siècles en Asie, en Amérique, dans l’Egypte ancienne et chez les peuples indiens.

Par ailleurs, les peuples de l’antiquité et certaines ethnies colombiennes, croyaient que marcher pieds-nus permettait de recueillir l’influence bénéfique de la Terre Mère. On retrouve également en Chine et en Inde des pratiques réflexologiques et le pied de Vishnu est une cartographie symbolique des énergies vivant en nous et ayant leur zone de représentation au niveau du pied.

Son histoire
Le père fondateur de la réflexologie moderne :
Plus proche de nous, aux Etats-Unis, au début du siècle dernier, en 1902, le docteur américain William Fitzgerald attaché à l’hôpital de Boston et la physiothérapeute Eunice Ingham Stopfel (1889-1974), la pionnière  fondent les bases de la réflexologie plantaire pratiquées encore de nos jours. Elle créa la première école de réflexologie.

Fitzgerald le décrit dans un livre comment il parvenait à apaiser la douleur de ses patients en utilisant divers accessoires(pincettes) sur leurs mains et leurs doigts. Il avait remarqué l’effet anesthésiant de certains points.
E. Ingham élargit ensuite l’investigation pour donner naissance à la réflexologie moderne en établissant une cartographie précise des zones du pied en rapport avec les différents organes du corps.Ces points appelés « zone réflexe », stimulés par le massage, la pression, la chaleur soignent la zone du corps correspondante et permettent de prévenir et de traiter des troubles chroniques et aigus. Cette stimulation réflexe améliore la circulation du sang et le sommeil. Elle équilibre le système endocrinien et induit les facultés d’auto-guérison de l’organisme. Elle apporte soulagement des douleurs et un relâchement des tensions en favorisant la libération d’endorphine (antidouleur).

En Suisse, elle est de plus en plus connue et de nombreuses assurances-maladies remboursent partiellement ou totalement les séances de réflexologie car elle est considérée comme une thérapie et est intégrée dans nos systèmes de soins. En suisse, en octobre 2016 la réflexologie est reconnu par l’ortra tc, comme un vrai métier.

En Amérique, Dr. Wiliam Fitzgerald et la thérapie des zones. On attribue généralement au DR. Fitzgerald le développement et la pratique de la réflexologie aux Etats-Unis.
Ses théories sont à l’origine de la réflexologie plantaire que l’on peut qualifier d’occidentale pour la distinguer la réflexologie orientale basée sur la médecine traditionnelle chinoise.
Le Docteur ORL Fitzgerald, découvre qu’une pression exercée sur une partie de la main ou du pied permet d’anesthésier des zones du corps.

W.Fitzgerald établit ce que l’on nomme la « thérapie des zones » : il divise le corps en dix zones longitudinales (5 du côté droit et 5 du côté gauche) qui aboutissent à un orteil ou à un doigt. Ces zones restent la base des cartes de réflexologie actuelles.

Eunice Ingham en tant qu’assistante du Dr Fitzgerald, a observé elle aussi et surtout par son travail sur de longues années de recherches la réaction par des points réflexes sur les pieds et les mains soulageant certaines douleurs et diminuant le stress, la fatigue avec sensations de bien-être.
Son neveux Dwight Byers ayant été « son meilleur modèle », ce dernier a continué ce travail de longue haleine avec des résultats probants.
7 années plus tard, soit vers la fin des années 50, il fût responsable avec sa sœur Eusebia Messenger (infirmière diplômée) de l’enseignement de la Réflexologie sous la férule de l’International Institute of Reflexology) qui en toujours en activité.
A la fin de sa vie Eunice Ingham traitait encore des patients. Elle mourut dans son sommeil en 1974 à l’âge respectable de 85 ans.

En Angleterre,  Dwight Byers, neveu de Mme Ingham poursuivit l’œuvre de sa tante, étant persuadé que la réflexologie peut soulager les douleurs des personnes en rééquilibrant l’organisme.
Dwight Byers, fondateur et président de l’Institut International de Réflexologie aux USA. Il fut d’abord son premier cobaye, puis son successeur… Il pérennise le développement et les bienfaits de la méthode Ingham, notamment par son implication, sa pratique quotidienne de la réflexologie et les formations qu’il continue de dispenser à travers le monde. La Méthode Originale Ingham est à l’origine de la réflexologie moderne en Occident et date des années 1930.

Mme Doreen E. Bayly Fondatrice de l’Ecole de Réflexologie « The Bayly School of Reflexology » s’initia à la Réflexologie dans les années 60 auprès de Mme Eunice Ingham aux USA et elle est la pionnière de la Réflexologie en Angleterre. Elle représenta Eunice Ingham en Europe pendant toutes ces années puis en 1978 Mme Doreen E.Bayly créa sa propre école, The Bayly School of Reflexology.  Mme Doreen E. Bayly est décédée paisiblement en 1979 à 85 ans.

En 1980, Mme Nicola M. Hall dont Mme Bayly disait que c’était « sa meilleure élève », reprit la « Bayly School of Reflexology ».
Elle restructure entièrement les cours afin d’en faire une formation professionnelle renommée dans le pays. Mme Nicola M. Hall est également l’auteur de nombreux livres sur la Réflexologie.

En Suisse en 1980, Noëlle Weyeneth collabore avec Nicola Hall et crée l’Ecole de Réflexologie Bayly Switzerland dont elle est toujours la directrice. L’Ecole de Réflexologie Bayly Switzerland fait partie du Réseau Européen de Réflexologie en Europe Network qui coordonne les échanges d’informations et d’actions au sujet de la pratique professionnelle de la Réflexologie dans les pays membres.

Le contenu des cours ainsi que la durée de la formation professionnelle sont adaptés au fil des années afin de correspondre aux critères adoptés par les organismes suisses intermédiaires entre les assurances maladies complémentaires et les thérapeutes tels que ASCA et RME et reflexe suisse.
En septembre 2015, le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI a approuvé le règlement concernant l’Examen Professionnel Supérieur (EPS) pour les Thérapeutes Complémentaires et la réflexologie en octobre 2016.
En suisse, plusieurs autres écoles diffusent  la réflexologie : l’école réflexe santé à Morges, l’école Gédane à Lausanne, etc…

En Europe, Hanne Marquard a contribué essentiellement à la diffusion de la réflexologie plantaire en Allemagne et en Suisse allemande.

En Espagne, Le Dr. J.Manzanares est né en octobre 1959 à Barcelone et est diplômé en médecine et chirurgie de l’Université Autonome de Barcelone en 1982. Il réside à Barcelone et se spécialise en médecine familiale, en intégrant l’homéopathie et la réflexologie avec la médecine conventionnelle.
Sa recherche de la réflexologie en neurophysiologie à l’hôpital universitaire de Vall d’Hebron et à l’hôpital Sagrado Corazon de Barcelone s’étend sur trois décennies. La carrière du Dr. Manzanares est divisée entre les soins médicaux, l’enseignement et les conférences. Il voyage aux États-Unis, en Suisse, en Angleterre, il enseigne son cours de formation continue, « Methode de Réflexologie du Dr. Manzanares », qui est basée sur ses principes et ses méthodes de recherche.
Le Dr. Manzanares a commencé sa recherche sur la réflexologie en mettant l’accent recherche en matière de la réflexologie a commencé avec un accent sur trois objectifs principaux, qu’il a accomplis :
Expliquer les bases neurophysiologiques (les voies du système nerveux pour la réflexologie)
Déterminer l’emplacement anatomique spécifique des zones réflexes des pieds et développer une cartographie précise
Établir des protocoles de réflexologie pour les pathologies.

En Asie, la méthode la plus répandu est la méthode Rwo Shur qui a été développée par le père Joseph Eugster (missionnaire suisse), cette méthode est revitalisante mais non relaxante, car un peu douloureuse, combinaison de glissement du pouce et de pression avec les jointures des doigts ou à l’aide d’un bâtonnet en bois.

En italie, Elipio Zamboni,  masseur et physiothérapeute, Elipio Zamboni pratiquait la réflexologie plantaire, mais ne mélangeait jamais plusieurs techniques lors d’une séance.  Ce qui caractérise sa méthode, c’est la mise en place de planches cartographiques avec des zones nouvelles et plus précises de plus petits organes, allant même des glandes salivaires à l’emplacement de chaque position des dents.
Les stratégies du traitement étant de définir les zones réflexes directes principales, puis les zones réflexes secondaires.
Il commençait chaque séance par la respiration profonde amenant déjà à une grande détente, puis commençait les mouvements de détente sur différentes parties des pieds et ensuite les mouvements réflexes sur les zones à traiter.
La fréquence des séances qu’il préconisait était de 3 X par semaine pendant 3 semaines, 2 X par semaine pendant 2 semaines, puis 1 X par semaine pendant quelques semaines et enfin 1 X par mois selon les cas et les résultats afin de maintenir l’équilibre du corps en évitant ainsi que les toxines puissent à nouveau s’accumuler et créer les problèmes de santé.
Il préconisait aussi l’utilisation de la phytothérapie et préparait lui-même ses mélanges de plantes que les patients devaient consommer sous forme de tisanes, son livre Les stratégies du traitement

En France, l’enseignement est dispensé par le Dr Martine Faure Alderson, élève de Doreen E. Bayly, elle-même élève d’Eunice D. Ingham, fondatrice de la réflexologie plantaire moderne aux USA.
Le Docteur Martine Faure Alderson a développé le concept et la pratique de REFLEX THERAPY TOTAL FAURE ALDERSON avec, notamment, l’introduction du système crânio-sacré dans son approche, sa pratique et son enseignement.
Elle a fondé l’Ecole Française de Réflexologie Plantaire à Paris en 1974 qui a formé des centaines de praticiens RTTFA.
Elle consulte à sa « Clinic of Natural Therapy » à Londres et enseigne notamment en France, à la Réunion, en Suisse, en Irlande, en Angleterre, en Pologne, au Luxembourg, au Canada, à Hong-Kong
Mireille Meunier, réflexologue Née à Munich, Mireille Meunier-Roux étudie la médecine naturelle en Allemagne. Elle approfondi ses connaissances en acupuncture. Elle a reçu son diplôme d’Etat de « Heilpraktikerin » (diplôme de médecine naturelle) par le Ministère de la Santé de Berlin en 1990. Elle exerce alors la réflexologie thérapeutique dans son cabinet qu’elle avait ouvert en 1987. Environ 170 patients par mois étaient traités par la réflexologie plantaire, le bindegewebsmassage, le massage thérapeutique, l’auriculo-thérapie, les élixirs floraux, etc.
Livre de Mireille Meunier : Manuel approfondi de réflexologie plantaire. Cartes de réflexologie pratique. L’énergétique chinoise appliquée à la réflexologie plantaire. Le livre de la réflexologie plantaire. Deux poster réflexologie plantaire.
Elisabeth Breton, criminologue de formation universitaire, elle s’oriente depuis 2001 vers le domaine du développement personnel et du bien-être de la personne, la gestion du stress, la relaxation et tout particulièrement la réflexologie. Elle se forme à plusieurs techniques manuelles de soins relaxants et s’initie à l’ostéopathie. Elisabeth Breton a suivi et reçu l’enseignement en réflexologie et techniques réflexes conjonctives, périostées et dermalgies viscéro-cutanées à Richard’s Osteopathic Research Institute(RORI). Apprentissage des techniques réflexes de relaxation et de stimulation plantaire, palmaire, dorsale, faciale et crânienne.

Au canada, l‘École de Réflexologie Madeleine Girard Turgeon voit le jour en 2009 après presque 40 ans d’amour de la réflexologie. Ces années furent consacrées à partager les données les plus précises et scientifiques possible, à motiver par les résultats souvent exceptionnels et incontestables ainsi qu’à faire l’intégration des différentes  techniques  de réflexologies.
De 1973 à 1997, la fondatrice Mme Madeleine Girard Turgeon participa activement, avec l’Association canadienne de Réflexologie, à l’enseignement et au développement de la réflexologie à plusieurs centaines de personnes.
De 1988 à 2009, elle rejoignit les rangs de l’Association nationale de réflexologie du Québec (A.N.R.Q.), en poursuivant son désir profond d’éveiller le plus de personnes possible aux ressources qui sont en chaque personne.
En 2009, afin de pouvoir transmettre l’intégralité de son expérience, elle fonda l’École de réflexologie Madeleine Girard Turgeon. Cette école n’est pas un lieu physique mais ce qui donne l’expérience de la réflexologie, la formation enseigne à être efficace avec les points réflexes. Elle a aussi publié ses recherches dans plusieurs livre : Etes-vous horizontal, vertical ou oblique? Rééquilibrez votre vie, La réflexologie du cerveau pour auditifs et visuels. Le révélateur: Ressemblance oreille, fœtus et pour pieds et mains. Découvrons la réflexologie : technique d’acupuncture sans aiguilles. Énergie et réflexologie : la polarité à votre portée

En Chine, L’identification des points sensibles a donc été étudiée bien avant l’acupuncture. 2500 ans avant J.-C., les médecins chinois avaient découvert qu’une énergie (appelée Qi en chinois prononcée tchi) circule dans le corps de façon permanente.  Cette énergie passe par des trajets précis appelés méridiens ou lignes d’acupuncture. Il existe en effet un rapport étroit entre la réflexologie et l’acupuncture.
Au IVème siècle a.v. J.C, en Chine, un acupuncteur du nom de Wang Wei utilisait les pouces pour exercer une pression profonde sur la plante des pieds afin d’accompagner le travail des aiguilles. D’où le nom « d’acupuncture sans aiguilles » qui est parfois donné à la réflexologie.

En Egypte, La plus ancienne trace nous vient d’Egypte ancienne, dans la tombe d’Ankhamahor, un physicien très influent de l’ancienne Egypte, faisant partie de la nécropole de Saqquarah, on a retrouvé plusieurs fresques murales datant de 2330 av. J.C. représentant  la circonsion, la naissance d’un enfant, la pharmacologie, l’embaumement et de ce qui apparaît comme de la réflexologie. Deux personnages sont en train de se faire traiter les mains et les pieds. Les hiéroglyphes signifient : «ne me fais pas mal », le praticien répond : «je ferai en sorte que tu me remercies »

Au pérou, Sœur Jeanne Cattin est religieuse de la Congrégation des sœurs de Saint  Paul de Chartres.
Née en Suisse, elle fit ses études d’infirmière en France et diplômée de l’Université de Caen en 1961. Elle a travaillé comme infirmière dans 3 hôpitaux de France pendant 10 ans. Elle a été envoyée comme missionnaire en Afrique en 1972, au Cameroun, où elle a dû assurer, avec une petite équipe d’aide, les consultations en médecine générale, les accouchements, la petite chirurgie et même des extractions dentaires car il n’y avait aucun autre professionnel pratiquant ces spécialités, au service de 32 petits villages de brousse.
Après avoir passé une année de repos à Rome, elle fut envoyée au Pérou en 1985 où elle a continué son travail d’infirmière à Chincha, au service des déplacés par la violence.
En novembre 1998, elle a découvert la réflexothérapie comme un trésor à l’âge de la retraite et s’est consacrée intégralement à cette thérapie depuis 1999.
Après 15 années d’expérience et de mise en pratique, sa méthode s’est beaucoup développée ; elle a écrit un livre sur la réflexothérapie reflétant sa passion comme un trésor au service des malades : « Un cœur pour aimer des mains pour guérir ».
Elle apportera ses livres au Congrès, traduit en français et améliorés par une seconde édition.
Elle est actuellement Directrice de son Centre de Réflexothérapie situé à Lima et de l’Ecole qui forme des réflexologues et aussi 3 médecins cette année.
L’école offre aussi, avec quelques collaborateurs, une revue bisannuelle intitulée « Reflexoperu » qui permet la diffusion des découvertes et nouvelles expériences de travail.
Elle a reçu le don de la radiesthésie, depuis longtemps, et cela lui est très utile pour détecter et préciser les diagnostics des patients en cas de doute et favoriser leur guérison.
Elle a aussi proposé, à la demande des chefs d’entreprise, les bénéfices de la réflexothérapie pour l’appliquer de forme préventive aux travailleurs en raison de son impact dans la croissance de la productivité et pour améliorer le climat organisationnel et éviter les arrêts de travail.
Trois Congrès Internationaux de Réflexothérapie ont été organisés (2 au Pérou en 2009 et 2012 et un en Argentine en 2014).

Aujourd’hui, la réflexologie mêle couramment les deux approches :
– La théorie des méridiens chinois, qui repose sur la circulation des flux énergétiques
– La carte des zones qui permet d’agir sur des points extrêmement précis du corps humain.

Sources: école Ecovie année 2016